Accueil Actualités NEOLAC : un projet de recherche structurant pour l’environnement, le bien-être animal et la compétitivité de la filière laitière française

NEOLAC : un projet de recherche structurant pour l’environnement, le bien-être animal et la compétitivité de la filière laitière française

NEOLAC est né d’un consortium entre Biodevas Laboratoires, spécialiste dans la formulation et la fabrication de solutions phytogéniques (extraits de plantes) 100 % naturelles en agriculture, INRAE, Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement et SODIAAL, première coopérative laitière de France, et soutenu par la BPI ainsi que les Régions Pays de la Loire, Bretagne et Rennes Métropole.

S’attaquer aux 3 pathologies principales des vaches laitières

C’est un ambitieux programme de recherche et développement pour réduire l’impact économique, sanitaire et écologique des principales pathologies d’élevage de la filière laitière : la mammite au cours de la lactation, la mammite lors du tarissement et la gestion de la période péripartum. Celles-ci sont les plus consommatrices d’intrants chimiques et contre lesquelles il n’existe pas suffisamment d’alternatives scientifiquement validées.

Lancé en janvier 2021 pour une durée de 4 ans, le projet a été inauguré le 28 octobre à l’occasion du lancement de sa première phase expérimentale grandeur nature dans 100 fermes laitières mobilisées par SODIAAL.

Le premier essai de la solution, qui vise à améliorer le statut immunitaire des vaches laitières et limiter l’apparition de mammite pendant la lactation, a démarré en ferme expérimentale INRAE près de Rennes, début septembre 2021. Il permettra au centre de recherche de développer de nouvelles méthodologies et modèles d’études. Un doctorant a été recruté par Biodevas Laboratoires pour suivre ces travaux dans le cadre d’une thèse Cifre réalisée au sein d’INRAE.

Cet essai est complété par un déploiement terrain à grande échelle, sur 12 mois, auprès de 100 fermes volontaires, mobilisées par la coopérative SODIAAL.

Une réduction de 30 à 50% d’intrants chimiques

NEOLAC vise à réduire de 30 à 50% l’utilisation d’intrants chimiques contre ces 3 pathologies, grâce à des solutions efficaces applicables à tous les systèmes d’élevage, quel que soit le lieu, la race, le volume de production et les techniques de traite.

Il concrétisera les recommandations du plan EcoAntiobio et de l’Anses sur l’usage des plantes comme alternatives aux antibiotiques.

Un gain financier pour les exploitations laitières

L’utilisation de telles solutions, naturelles et préventives, devrait permettre aux éleveurs de réaliser un gain financier quel que soit le type d’exploitation (biologique, traditionnel, intensif) avec :

  • La réduction des frais d’élevage, les solutions naturelles développées étant moins coûteuses que l’antibiothérapie habituelle ;
  • Le gain de qualité du lait entraînant une meilleure valorisation de celui-ci.

Au total, c’est une économie substantielle pour chaque exploitation, qui est attendue.

La compétitivité et la pérennité de la filière laitière française, dans sa globalité (de l’éleveur à la transformation du lait en produits dérivés), sera alors renforcée avec un savoir-faire spécifique, 100% français, respectueux de l’environnement, en phase avec les nouvelles attentes des consommateurs, et qui sécurisera les revenus des agriculteurs par de nouveaux éléments de différenciation sur le marché.

Labellisée par le pôle de compétitivité Valorial, dédié à l’innovation agroalimentaire, l’expérimentation à grande échelle du projet NEOLAC a été inaugurée ce 28 octobre, en présence de Christelle Morançais, Présidente de la Région des Pays de la Loire. L’événement s’est déroulé à la ferme de la Baratte en Mayenne, un modèle de modernité, tant dans ses méthodes de production que dans sa prise en compte des responsabilités sociétales.

Publié le

Dans la catégorie : Animal, Biodevas, Événement, Innovation, Partenariat, Ruminants